lundi 3 décembre 2012

Eliot. Journal du tournage, samedi


Samedi, quatrième et dernier rendez-vous pour l’équipe du film  Éliot dont le tournage totalise treize jours en tout. Plusieurs mois séparent cependant le premier tour de manivelle du dernier. Ultimes plans à tourner dans l’enceinte d’une université reconvertie pour l’occasion en école de cinéma. Éliot est entouré d’une bonne vingtaine de figurants francophones et flamands. Le catering a nécessité la préparation de plusieurs dizaines de sandwichs et salades préparés la veille jusqu’à tard dans la nuit. À l’aube de cette journée particulière, nous goûtons le plaisir d’avoir été aussi loin avec toute l’équipe du film. Dans quelques heures, Éliot sera – enfin – dans la boîte !


Accès 3 du Campus de la Plaine de l’ULB. Dès 7h45, notre voiture vient se ranger dans le parking réservé aux abords immédiats du bâtiment du Forum. Quelques minutes plus tard arrive l’équipe image, laquelle commence à décharger le précieux matériel et à l’acheminer vers les salles mises à notre disposition. Toute l’organisation de cette journée a été menée de main de maître par Bruno Desclée, notre responsable régie. Il a ainsi pris contact avec Zoé Taylor et Bénédicte Meekers, de la D.R.E (Département des Relations Extérieures), qui ont été d’une rare efficacité et qui nous ont permis de tourner dans les meilleures conditions possibles.
Et la chance (comme toujours !) étant avec nous, les amphis étaient quasi déserts ce jour-là, nous permettant ainsi de nous approprier les lieux.

Long est le couloir qui conduit vers la gloire...

L’essentiel des plans à tourner pour cette journée se concentre sur le personnage d’Eliot (Xavier Hosten), aspirant étudiant en cinéma, parcourant les longs couloirs de la fac – en hommage à Gus Van Sant – avant sa rencontre avec un personnage qui lui rappelle étrangement son ami Maxime (Martin Goossens). Des grappes de figurants étudiants se sont disséminés tout au long des couloirs qu’empruntera la Baby Doll, poussée par Artur, et sur laquelle sera juché Remon aux commandes de l’Alexa. Il y a une dizaine de plans de prévu pour la journée et le marathon ne fait que commencer pour toute l’équipe. D’abord des plans extérieurs pour filmer l’entretien avec l’examinateur. Puis la sortie mouvementée d’Eliot suite à cette scène. Et enfin le long plan-séquence dans les couloirs qui permet à cette occasion de croiser des amis qui se sont prêtés au jeu de la figuration (Marie-Ange Van Avermaet et ses copines ; Gonzague Yernaux et Victor Hanquet). À noter que notre estimable photographe de plateau & réalisateur du making of pour cette troisième édition est désigné pour interpréter un honnête enseignant en cinéma plus vrai que nature. Chacun participe ainsi du mieux qu’il le peut à la réussite du projet !

Mise en place de la baby doll conduite par Artur. Vitesse de croisière : 6 km/h. Vroum, vroum !

Gonzague prend au sérieux son rôle de figurant. C'est un garçon sérieux, ça.

Victor près de sa porte préférée, sous la direction de Bruno.

L'étudiant (Martin Goossens) et Eliot (Xavier Hosten).

Au milieu de la journée, nous tournons deux plans en extérieur que nous n’avons pas pu réaliser la veille : un échange de regards amoureux entre Éliot et Florence (Helena Coppejans), laquelle est revenue spécialement pour l’occasion et qui a dû faire le pied de grue suite à un retard dans le programme. Quand enfin on la prévient que c’est son tour, il ne lui reste plus que quelques dizaines de minutes avant de  devoir filer… Mais tout se passe finalement très bien et lémotion est au rendez-vous.

Helena aux bons soins de Karolina.

Après un solide déjeuner, quelques verres de vin et moult tasses de café, Remon est de retour derrière l’ALEXA pour immortaliser la rencontre entre Eliot et son improbable compère Maxime, interprété par Martin Goossens. Il nous faut jouer contre la montre car la lumière décline vite en ce milieu d’automne. Finalement, quelques HMI suffiront à compenser l’arrivée rapide de l’obscurité. Martin nous aura offert un moment de détente en improvisant sa scène avec quelques trouvailles dont il a le secret.

Passé dix-sept heures, la nuit est irrémédiablement tombée sur le campus. Qu’à cela ne tienne, il ne reste précisément plus qu’une scène, celle des résultats d’examens. Celle-ci n’est pas des plus simples à mettre en place. Elle bénéficie d’une belle lumière californienne. L’ensemble des figurants se presse devant les panneaux d’affichage. Éliot se fraie un chemin vers les listes de noms des heureux élus épinglées au mur. Chacun retient son souffle et… On ne raconte pas tout non plus !

Tournage de nuit pour une scène de jour. Normal, quoi.

Dernier plan avec la "foule" estudiantine. Merci à nos nombreux figurants d'avoir été si patients !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire