vendredi 30 novembre 2012

Eliot. Journal du tournage, vendredi

Le tournage du troisième jour au eu lieu dans le parc de Woluwé. Par une chance incroyable, l'automne était bien présent. Xavier et Helena se retrouvaient pour la seconde fois ensemble, en amoureux (vraiment) transis. Ce fut l'occasion de faire connaissance avec les sympathiques gardiens du parc, amateurs de cinéma à leurs heures perdues. Deux nouveaux acteurs en herbe ont fait leur apparition face à la caméra, Elio et Maxime. Ils se sont joints à l'équipe du film et ont apporté, en plus de leur talent, le dynamisme et la bonne humeur tout au long de la journée !


Ça pourrait être le leitmotiv de tout le film tellement c'est vrai... le destin était avec nous ; nous avons eu beaucoup de chance avec le temps. Pendant le premier tournage, nous avions besoin de soleil. L'affaire n'était pas gagnée mais pourtant l'astre luisant était au rendez-vous. Le second tournage, il nous fallait éviter à tout prix que la tempête prévue depuis longue date ne s'abatte sur notre équipe. Nous avions failli tout annuler durant les 48 heures qui précédaient... Finalement, il n'y eut point d'ouragan. Seules des trombes d'eau eurent raison de notre acharnement, mais seulement vers 23 heures...

 Que demande le peuple ? Les couleurs prévues dans le scénario sont là. On assure comme des chefs.

Et cette fois-ci, alors que le scénario avait été remanié, il nous fallait impérativement tourner tandis que la forêt changeait de physionomie ; cela était nécessaire pour pouvoir marquer l'époque mais aussi donner aux retrouvailles d'Eliot et de Florence un décor d'automne féérique à la mesure de l'événement. Là encore, pour des raisons d'organisations, les dates retenues ont été postposées. Ce qui a donné lieu à une petite angoisse, à mesure que les feuillages s'éclaircissaient.
Jusqu'à ce jour J... où nous avons foulé du pied les étendues herbeuses du parc de Woluwé et découvert la magnificence de l'endroit. Les parterres abondaient de couleurs sable, orange et pourpre. Et dire que Philippe avait un temps envisagé de ramasser quelques sacs de feuilles jaunies, en espérant les répandre intactes pendant le tournage...

Du coup, cela met du baume au cœur et autorise à se laisser un peu aller, surtout pendant la scène du baiser.

Nous avions donc de bonnes raisons d'être satisfaits ; certes, il aurait fait un peu plus chaud, cela n'aurait pas déplu à Xavier et Helena qui s'efforçaient de ne rien laisser paraître de leur hypothermie naissante. Mais ce sont des professionnels, ils n'ont peur de rien !

Xavier est très pro, il n'est jamais distrait, surtout pas quand le réalisateur l'abreuve de ses conseils.

J'ai beau avoir fait la photo, je ne me souviens pas de quoi ça causait.

Préparation pour un panoramique. Seule une petite troupe de scouts est venu troubler le silence du parc, 
mais ils ont été très compréhensifs et sont allés voir ailleurs si on y était.

Quelques secondes avant la baiser. Bon, on ne va pas tout dévoiler du film non plus,
il faut bien qu'il reste quelques surprises...

L'a t-on déjà dit ? Helena se confond si bien avec la beauté du décor.

Dans le courant de la journée, de sympathiques gardiens du parc (Solange et René, pour ne pas les nommer...) sont venus voir de près ce que nous fabriquions. Ce fut l'occasion de discuter de cinéma, de télévision mais aussi et surtout de la vie du parc, de la faune et des petites anecdotes du coin... une place de choix pour oublier les rumeurs de la ville et méditer sur la substantifique moelle de la vie. Et filmer. 

Pendant ce temps, assis sur un banc, Helena et Xavier entreprennent le dialogue  des anciens amis réunis par le hasard.

Confrontation entre deux êtres séparés par l'injustice de la vie.

Idem que précédemment mais vu de l'autre côté...

Pour fini en apothéose, deux nouveaux (jeunes) acteurs ont fait leur apparition : Maxime et Elio (prénommés tous deux comme le blond "Maxime" et le brun "Eliot" joué par Sébastien et Hugo dans le film... un pur hasard. Tout comme le prénom d'Eliot porté par celui qui devait jouer l'autre Eliot, d'ailleurs... pour un film qui interpelle le destin, c'est troublant !).
Les deux ados ont donc assuré dans leur prestation et ont mis tout leur entrain à interpréter les troubles-fêtes (c'était dans le scénario). Quand ils n'étaient pas confortablement assis sur leurs chaises d'acteurs à attendre le signa de l'"Action !", afin de donner de la voix...

Faisons les présentations : Maxime l'espiègle à gauche, Elio l'espiègle à droite.
Ainsi, pas de jaloux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire